La maternité est une aventure magnifique, mais elle est également jalonnée de défis à relever : prendre soin de votre bébé, réorganiser une vie chamboulée, s'adapter à un nouveau rythme, et préserver votre santé mentale. En tant que jeune maman, il est essentiel de veiller à votre bien-être psychologique, surtout en cette période où vous devez jongler avec de nombreuses nouvelles responsabilités et des émotions parfois déroutantes.

Dans cet article, nous vous aiderons à identifier les différences entre baby blues et dépression post-partum puis nous vous accompagnerons avec quelques conseils pratiques pour vous aider à naviguer en douceur à travers cette période délicate ! 

Baby blues ou dépression post-partum ? 

Il est important de distinguer le baby blues de la dépression post-partum. Le baby blues est une réaction émotionnelle et physiologique très répandue chez de nombreuses mamans, survenant dans les premiers jours ou les premières semaines après l'accouchement. Vous êtes peut-être encore à la maternité ou venez de rentrer chez vous avec votre bébé, et vous ressentez des sautes d'humeur, de la fatigue, des pleurs fréquents et une sensibilité accrue ? Pas de panique : ces sentiments sont généralement temporaires et s'estompent spontanément au bout de quelques jours à quelques semaines. Ce sont les changements hormonaux brutaux après l'accouchement, accompagnés de la fatigue intense, qui expliquent ces changements émotionnels.

Photo d'une maman sur un lit d'hôpital qui vient de donner naissance à son enfant illustrant l'article de blog : la santé mentale des jeunes mamans et l'importance de prendre soin de soi de Mama Hangs


En revanche, la dépression post-partum représente un passage à vide plus sérieux pour certaines mamans, souvent dans la première année suivant la naissance de leur bébé. Les signes peuvent être similaires à ceux du baby blues (du moins au début), mais ils sont plus intenses et durent dans le temps. Nous parlons ici d’une tristesse profonde, d’une perte d'intérêt pour les activités habituelles, des changements dans les habitudes alimentaires et de sommeil, ainsi que des sentiments d'impuissance ou de découragement. Dans de rares cas, des pensées négatives ou des phobies d’impulsion peuvent survenir.

La dépression post-partum est une maladie qui peut être traitée avec douceur si on met en place un soutien approprié. Aussi, n'hésitez pas à parler à votre médecin, à votre sage-femme ou à un thérapeute si votre baby blues dure dans le temps et que vous n’arrivez pas à vous reconnecter avec ce qui vous fait habituellement vibrer. Se sentir soutenue et entourée d'amour pendant cette période peut faire toute la différence dans votre rétablissement et votre capacité à prendre soin de votre bébé : soyez douce et bienveillante avec vous-même !

Alors, comment trouver le moyen de prendre soin de soi et de sa santé mentale lorsque tout semble difficile autour de nous ? Voici quelques conseils bienveillants pour vous guider. 

1. Créez un village autour de vous

Ne sous-estimez pas l'importance du soutien de votre entourage pendant cette période. Connaissez-vous le proverbe africain qui dit : "Il faut tout un village pour élever un enfant" ? Même si, dans nos sociétés occidentales modernes, nous sommes souvent isolées lorsque nous devenons maman, il est plus facile d'élever un enfant lorsque nous sommes entourées et que nous pouvons compter sur des personnes de confiance pour nous épauler.

Aussi, entourez-vous de personnes qui vous soutiennent et vous encouragent dans votre parcours de maternité ! Que ce soit votre partenaire, votre famille, vos amis ou d'autres mamans dans votre communauté, le simple fait de savoir que vous n'êtes pas seule peut avoir un impact significativement positif. Essayez de participer à des ateliers organisés par des professionnels sur des thèmes liés à la petite enfance, comme chez Maison Né ou chez Yada par exemple, si vous habitez à Paris ou à Bordeaux. Une excellente occasion de faire des rencontres ! 
 
2. Prenez du temps pour vous

La maternité est souvent intense et exigeante, mais il est essentiel de trouver du temps pour prendre soin de vous. Que ce soit quelques minutes de méditation, une séance de sport pour vous vider la tête, une promenade dans la nature ou simplement quelques instants pour vous détendre avec des ami.e.s. Accordez-vous ces moments de répit pour recharger vos batteries : vous le méritez ! Optez pour des activités qui vous apaisent et vous permettent de renouer avec celle que vous étiez avant d'être maman.  

3. Communiquez vos besoins

N'ayez pas peur d'exprimer vos besoins à votre entourage, qu'il s'agisse de demander de l'aide pour les tâches ménagères, la gestion de la vie familiale ou de partager vos préoccupations avec votre partenaire. En parlant ouvertement de ce que vous ressentez, vous créez un espace où vos besoins sont entendus et pris en compte. N'oubliez pas que vous n'avez pas à porter seule le poids des responsabilités ! Votre entourage est là pour vous soutenir et vous accompagner dans votre maternité. 

4. Demandez de l’aide à des professionnels

Si vous éprouvez des difficultés à gérer vos émotions ou si la période de “vague à l’âme” dure dans le temps, il est recommandé de consulter un professionnel de santé. Il n’y a aucune honte à cela. Les psychologues et les psychiatres disposent des compétences nécessaires pour vous fournir les outils et les ressources dont vous avez besoin pour traverser cette période tourmentée avec force et résilience.

Photo d'une maman sur son lit en peau à peau avec son bébé illustrant l'article de blog : la santé mentale des jeunes mamans et l'importance de prendre soin de soi de Mama Hangs

Si vous préférez discuter avec votre sage-femme ou votre gynécologue, vous pouvez profiter de la consultation post-natale, habituellement prévue dans les 6 à 8 semaines suivant l'accouchement, pour aborder vos émotions, vos ressentis et vos préoccupations. Ils ou elles seront en mesure de vous orienter vers un professionnel de la santé mentale adapté à vos besoins et à votre situation.

L'association Maman Blues constitue également une ressource précieuse. Ses professionnelles et bénévoles sont formées pour écouter les mères qui traversent des difficultés maternelles et les orienter vers les ressources appropriées. Se confier et partager son expérience est déjà un premier pas vers le rétablissement : parlez et ne restez pas seule !

 

Pour finir, rappelez-vous que vous n'êtes pas seule dans cette aventure de la maternité ! En prenant soin de votre bien-être mental, en nourrissant vos relations sociales avec votre entourage et en sachant demander de l'aide lorsque cela est nécessaire, nous sommes sûrs que vous pouvez traverser cette période avec le plus de confiance et de sérénité possible.

×